Mode de faire-valoir, le métayage et le fermage

Pratiquées particulièrement à la riziculture, les modes de faire valoir sont appliqués par 75 % des paysans, qui peuvent aussi être des propriétaires exploitants. L’afflux des planteurs immigrants venus s’installer dans les riches zones de production a développé le système de métayage. Les clauses les plus fréquentes sont le partage égal de la production sur les bonnes terres. Tous les travaux sont à la charge des métayers. Le système de fermage-location n’est pas un mode très courant dans la région.

Types de cultures

La culture dans la Région est caractérisée spécifiquement par les cultures vivrières dominées par le riz, les cultures de rente et les cultures industrielles. A ces cultures s’ajoutent les cultures maraîchères (oignons, arachides, haricots…) et d’autres cultures vivrières (maïs, patates, manioc…) qui se sont développées avec l’afflux continuel des immigrants, attirés par les baiboho et le salariat.

La culture vivrière prépondérante : le Riz

Les potentialités rizicoles et l’importance de cette activité au niveau de la population offrent des conditions propices pour le développement de la riziculture dans la Région SOFIA. La superficie de cette spéculation est de 115 590 ha en 2001 alors qu’elle était à 125 845 en 1995. Elle a subi une forte régression alors que la population augmente. En terme de rendement, une amélioration sensible a été sentie. Car la production s’est améliorée de 159 060T à 308 350T durant la même période.

On peut citer trois types de pratique appliquée par les paysans : la riziculture de bas-fonds et plaines, la riziculture de tanety et le riz de tavy. La riziculture est essentiellement encore de type traditionnel. Cependant, la méthode plus moderne qui consiste à labourer la parcelle à la charrue, tend de plus en plus à être adoptée en corrélation avec la diminution relative du cheptel bovin. La mécanisation (ou l’utilisation de tracteur), est encore absente dans la Région, malgré sa pratique dans les régions limitrophes, à Ambatondrazaka et Alaotra Mangoro. La riziculture de bas-fonds et des plaines est le système le plus répandu dans la Région et concerne environ 68 % des superficies. La riziculture de tanety n’est cependant pas négligeable, 25 % des superficies dans l’ensemble de la zone. Le mode d’irrigation le plus répandu est le système pluvial. 95 % des superficies sont irriguées par des eaux de ruissellement, 5 % seulement des superficies bénéficient d’un système d’irrigation à partir de barrages de dérivation à Mandritsara (64 %). Par contre en riz de tanety, le labour attelé est le plus pratiqué, représentant 62 % des superficies dans l’ensemble de la région. Le semis direct n’est pratiqué que sur 25 % des superficies.

Comments are closed.