Le transport Routier

infrastructure
infra3

Les infrastructures de développement de Région SOFIA sont caractérisées par leur faiblesse et leur insuffisance :
Les infrastructures de communication (les routes, les réseaux maritimes et le réseau aérien), les infrastructures hydro-agricoles, malgré la vocation rizicole et la vocation de culture industrielle de la région, font défaut. L’absence d’infrastructures financières fait partie des handicaps qui freinent le développement de la Région. Les marchés classiques pullulent dans la Région, mais ils n’arrivent pas inciter une dynamique pour l’économie.

Le transport Routier

Les Infrastructures

La RN6, traverse et structure les 5 Districts de la Région Sofia sur une longueur de 430 kilomètres. Cet axe, d’importance nationale qui relie Antananarivo et Majunga à Antsiranana, symbolise le principal facteur de progrès économique et social de la Région et aussi de la partie Nord de l’île. Cet axe supporte un réseau de pistes et de routes “ en dents de peigne ” reliant les chefs-lieux des Districts. En dehors des RN 31 reliant Antsohihy à Bealanana, goudronnées sur 89 kilomètres (les 32 restantes sont en terre stabilisée) et la RN 32 entièrement goudronnée jusqu’à Mandritsara (202 kilomètres), toutes les autres pistes branchées sur la RN 6 sont d’accès saisonnier, limité à la saison sèche.

Le principal point noir est la piste d’Analalava : 79 kilomètres, dont l’état reste toujours en état de délabrement, surtout en saison de pluie, malgré les récentes réhabilitations.
Un des problèmes majeurs d’Analalava est la coupure entre ses parties Nord et Sud séparées par la baie de la Loza. La traversée de celle-ci est tributaire du fonctionnement d’un bac “ 3 pirogues ” quelque fois non fonctionnel.

Le Trafic routier

trafic routier

Compte tenu de l’état des routes, le trafic est relativement faible sauf pour la RN 6. Il s’agit essentiellement de taxis-brousse, de camions de marchandises et de rares voitures particulières.
Six Districts sont reliés directement par taxi-brousse avec Antananarivo (Mandritsara – Befandriana , Bealanana , Port-Bergé ,Mampikony – Antsohihy) et Mahajanga. Seul Analalava est obligé de passer par Antsohihy pour aller à Antananarivo. On peut constater que, globalement dans la Région, le coût de transport terrestre est très élevé , 55-75ariary/km, par rapport à d’autres régions 30-36ariary/km, en raison du mauvais état des routes et du manque de moyens de transport.

Comments are closed.